En attendant que les minutes s’écoulent

C’est dingue, j’aurais très bien pu me taire et glander toute la journée sans que personne ne s’en rende compte mais non. J’ai été honnête et j’ai prévenu ma supérieure il y a déjà deux semaines que j’avais réussi à prendre de l’avance sur mon planning et que j’étais prêt à aider ma collègue qui en avait besoin.

J’ai d’ailleurs été bien gentil puisque je sors tout juste d’une période très éprouvante niveau boulot et que la collègue en question n’a pas été d’un soutien formidable…

Bref, j’ai prévenu, ma supérieure m’a dit « très bien très bien, vois avec ta collègue si elle veut de l’aide sur un sujet en particulier ». J’ai donc été voir ma collègue qui m’a répondu que non non, et que d’ailleurs si ça ne venait pas directement de sa chef, elle ne me donnerait pas de boulot.

Donc je me retrouve dans une situation inédite où j’ai un creux dans mon activité, où je le signale, où la personne à côté de moi déborde d’activité, mais où je n’ai toujours rien à faire…

Bilan : je suis depuis ce matin payé à ne rien faire. Et vu le retard que prennent les gens qui bloquent mon activité, ça risque d’être toute la semaine comme ça. Par contre, je sens bien venir le truc, dès que ça va se débloquer on va me demander de faire des heures supp’. J’en ai marre de cette boîte (mais ça je crois que vous l’aurez compris).

Dans ces cas là, je rêve qu’on me dise que je suis autorisé à rentrer chez moi et à profiter de mon temps plutôt que d’être obligé à rester le cul vissé sur ma chaise à fixer un écran qui m’abîme les yeux en attendant que les minutes s’écoulent. Parce qu’encore, avant je pouvais surfer sur internet et m’occuper. Mais dans mon tout nouveau et magnifique bureau, je suis en open space. Donc, impossible de faire autre chose que du tableur ou des mails… Bonjour l’occupation!

Je vous jure, c’est vraiment usant pour les nerfs d’être tout le temps aux extrêmes : soit submergé de travail, soit sans travail. La deuxième situation peut paraître plus confortable, mais bon sang les journées paraissent tellement longues.

Publicités

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “En attendant que les minutes s’écoulent”

  1. Sue Says:

    Mon homme est dans le même cas que toi :/
    Courage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :