Archive for juin 2010

Scruter l’horizon

juin 23, 2010

Ca ne va pas. Depuis une semaine j’ai sans arrêt un souci de santé. Mercredi dernier ça a commencé avec un mal de gorge qui s’est étiré sur plusieurs jours. Ensuite, j’ai eu le nez qui coule puis de la toux. Un seul symptôme à la fois, à chaque fois. Samedi, ça allait un peu mieux. Et dimanche BOUM, gros gros coup de fatigue, frissons, courbatures, tête qui tourne, sensation de faiblesse jusque dans les os. Lundi, même chose mais au travail (avec une nuit de dimanche à lundi horrible). Journée très difficile. Hier, sensation de pêche qui revient un peu mais fatigué quand même. Et ce matin, à nouveau crevé et mal de gorge qui revient. Sans parler de cette putain d’énorme aphte depuis 3 jours. Je suis vraiment épuisé d’être mal foutu. Je voudrais bien guérir ou alors pouvoir rester tranquillement chez moi à me reposer. Si c’est un message de mon corps pour me réclamer des vacances, il n’est pas fin parce que je le savais déjà que j’en voulais des vacances, gros malin !

***

Ma fête prévue début Juillet est un vrai roman. Un coup viendra, un coup viendra pas. J’ai décidé de ne plus me prendre la tête là-dessus. On verra bien comment se dérouleront ces quelques jours, de toutes façons c’est décidé, je ne prendrais pas l’initiative de faire quelque chose de semblable l’année prochaine.

***

Je n’ose pas dire à ma chef que j’aimerais changer de métier et retourner à ce pour quoi j’avais fait mes études. Ce qui revient au sein de ma société à changer de service. Mélaine me l’a conseillé mais vu comment les choses se sont passées à mon arrivée sur site et comment certaines choses se passent encore aujourd’hui, je n’ai pas vraiment envie de l’écouter.

J’ai peur qu’en le lui disant, elle se dise que je ne suis plus du tout motivé (ce qui est vrai) et donc que je ne travaille plus (ce qui est faux) et donc qu’elle ne fasse plus aucun effort pour moi ou me refile toutes les merdes. Sans me laisser partir bien sûr. Le problème c’est que je change temporairement de chef dans moins de deux semaines et que je ne sais pas comment les choses se passeront avec la prochaine.

Alors en attendant je continue de scruter l’horizon sur le marché du travail mais il reste à peu près vide. Je pense aussi à changer de métier. Genre à reprendre quelques années d’études. Mais bon, je ne sais pas trop vers quelle profession je pourrai me tourner.

Publicités

Le garçon espagnol

juin 16, 2010

J’ai décidé de me mettre à l’espagnol. J’ai un patronyme espagnol et depuis toujours je suis presque complexé de ne pas pratiquer la langue. De ne pas la connaître. En fait c’est quelque chose qui monte en moi depuis des années, je veux savoir parler espagnol. Tout petit, ma nourrice était espagnole et j’ai toujours entendu cette langue. Je l’aime cette langue. Karen est espagnole et quand elle parle, ça chante. Alors bon, j’ai pris une merde en CD qui est censé t’apprendre la langue en deux temps trois mouvements mais c’est un début. Je vous tiens au courant. Para mì, es possible.

***

Bon, il faut que je tienne bon, je ne travaille pas vendredi. Ca commence à sentir les vacances, ça fait du bien. Mais il est temps, lundi matin j’ai passé un quart d’heure dans mon lit, réveillé, à regarder les minutes défiler (donc mon retard augmenter) incapable de bouger. Tellement pas envie, tellement pas motivé. J’ai réussi à me bouger mais ça m’a fait peur, c’est la première fois de ma vie que j’arrive à rester stoïque dans mon lit en me disant que vraiment, je n’ai pas envie d’aller au travail.

***

Avec un peu de bol, je vais réussir à faire rentrer mon frère dans ma société. Bon, son service serait complètement différent du mien donc il ne devrait pas être exposé comme moi à toute cette merde ambiante. Sinon, je ne sais même pas si je lui aurais soumis l’idée de postuler…

***

Mes vacances d’été me font envie pour la longue pause qu’elles représentent mais j’ai un peu peur de voir comment ça va se passer : je pars la moitié du temps dans un pays étranger dans ma belle-famille. Chez la sister de Nick. Or, vu comme ils s’entendent ces temps ci je crains le résultat. Ou ça va être génial, ou ça va craindre un maximum. Et je n’ai pas envie de gâcher la moitié de ces vacances que j’attends tant.

***

Pour changer : fatigué. Et en plus, je n’arrive plus à faire du sport en ce moment. Je crois que c’est un problème de culture : je n’ai pas celle du sport. Je n’en ai jamais fait et du coup je n’ai jamais la place pour l’exercice dans mon emploi du temps. Il est déjà comblé par le reste. Essayez de caler une activité qui n’a que peu d’intérêt pour vous et que vous n’avez jamais faite auparavant : vous allez voir comme c’est galère. Pour autant je ne suis pas gros, ce serait même plutôt l’inverse. C’est justement pour muscler tout ça que je veux m’y mettre (et aussi, accessoirement pour des histoires de tension artérielle). Mais je n’y arrive pas 😦

Promis, je viens l’année prochaine!

juin 9, 2010

Hier soir, une des sœurs de Nick est venue manger et dormir à la maison. La soirée a été très agréable mais j’ai pris conscience d’une chose.

La sœur de Nick vit dans un autre pays depuis quelques années. Elle nous expliquait hier soir qu’elle était un peu triste de voir ses amis s’éloigner. Qu’elle avait l’impression d’être toujours celle qui fait des efforts pour garder le contact et qu’en réalité ses amis ne savaient pas vraiment ce qu’elle avait fait ces dernières années puisqu’ils n’étaient jamais venus la voir (alors qu’il s’agit d’un pays frontalier).

J’ai réalisé alors une chose : je suis dans le même cas qu’elle. Ce qui nous a amené à la conclusion que ce n’était pas la distance qui était en cause mais bien la volonté de garder le contact.

Au lycée, j’ai rencontré mes amis les plus proches, ceux avec qui j’ai passé mes meilleurs moments. Nous étions un petit groupe d’inséparables qui faisions des fêtes chez les uns et chez les autres, qui étions tout le temps ensemble en classe et qui partions même en vacances ensemble. Bref, un bon groupe d’amis.

Mes parents ayant une maison de campagne, j’avais lancé l’idée d’une grande fête pour célébrer l’été tous les ans. J’invitais tout mon groupe d’amis et mes sœurs, et tout le monde pouvait convier une ou deux personnes supplémentaires.

Au fil des ans, mon groupe d’amis s’est peu à peu éloigné à cause des déménagements, des mutations… Il s’est éparpillé un peu partout en France. Nous gardions quand même le contact. Le seul moment de l’année où tout le monde se retrouvait, c’était la fête de l’été. On ne se voyait pas pendant un an, mais tout le monde arrivait à la maison de campagne et l’on se retrouvait et le temps d’un week-end, tout était comme avant. Ca sentait l’insouciance, la nostalgie, le barbecue la bière et le soleil. Les batailles d’eau et les « J’VOUS ADORE! » hurlés à 4h du matin.

Et puis une année, quelqu’un n’a pas pu venir. Pas possible d’avoir des vacances à ce moment là ou bien une réunion de famille, je ne sais plus. J’ai tout fait pour arranger la personne. D’un week-end de 2 jours, on est passé à un week-end de 4 jours (où je posais des jours de congés juste pour rallonger la fête) pour que tout le monde puisse venir au moins un jour. Mais l’année suivante, c’est deux ou trois personnes qui n’ont plus pu venir. Et tous les autres ne pouvaient venir qu’une partie du week-end. Heureusement en parallèle, les amis de Nick ont commencé à venir donc nous avions toujours du monde.

Mais cette année, c’est le coup de grâce. J’ai décalé la fête de quelques semaines pour arranger tout le monde. Notamment mes sœurs qui ne peuvent jamais venir tout le week-end à cause d’un anniversaire. Et bien l’anniversaire est décalé aussi, pile poil le week-end prévu pour faire la fête. Et de tout mon groupe d’amis (6 + moi) il ne reste plus grand monde. Une seule personne.
J’ai reçu le dernier coup sur la tête en lisant un mail de ma meilleure amie hier qui m’apprend qu’elle ne pourra sans doute pas venir. C’est tout un symbole. Il ne restait plus qu’elle qui représentait encore ce qu’on avait été et ce qu’on était. Une des dernières raisons de faire la fête tous les ans. Et même elle ne viendra pas. 2010 sera sans doute l’année où il y aura plus d’amis de Nick que de mes amis à moi.

On ne se voit plus. On est tous éparpillés. Et malgré tous les efforts que je fais chaque année, les gens ne sont même pas capables de bloquer un week-end. Bien sûr qu’ils ont de bonnes raisons. Mais plus les années passent, moins ils sont nombreux. Et du coup j’ai le même sentiment que la sœur de Nick. Tout ça est fini, et je sais pertinemment que si j’arrête d’organiser ce rendez-vous, la plupart ne s’en apercevront même pas.

C’est donc ce que je vais faire. Je suis fatigué de penser et d’organiser tout ça tous les ans pour rien. Cette fête avait pour but de réunir tout mon groupe d’amis, elle ne le fait plus, les gens ne jouent plus le jeu, inutile de continuer. Je suis vraiment triste d’en être arrivé là mais ça me fait plus souffrir qu’autre chose d’avoir à encaisser des « je ne pourrais pas venir mais promis je viens l’année prochaine » tous les ans.

Moi je dors (enfin j’aimerais)

juin 7, 2010

Je suis fatigué de cette alternance RIEN – TROP.
Depuis trois semaines je passe mon temps à me demander quoi faire, à prévenir ma hiérarchie que je peux absorber de la charge de travail de mes collègues, à me tourner les pouces… Et voilà qu’aujourd’hui je reçois un email m’informant de la répartition d’activité sur les 4 prochaines semaines et je me retrouve avec le boulot de trois mois à faire en un. Ca me fatigue et me démotive complètement, sans parler du fait qu’il s’agit de l’activité qui m’intéresse le moins (qui ne m’intéresse pas du tout en fait.)

Voilà donc en gros je vais me retrouver à ne faire QUE ça pendant un mois, alors que ces dossiers sont mal ficelés, mal renseignés, et qu’on va me mettre une pression folle pour que je les valide quand même. FA-TI-GUé.

***

Le week-end a été fatigant! Bon, pas spécialement le samedi au départ puisque Nick devant réviser dur pour la suite de ses exams, nous ne sommes pas sortis. Mais le soir nous devions aller manger chez une amie. Avant de partir, en vitesse, Nick s’est occupé de son aquarium marin.

En rentrant vers 1h du matin, nous sentons une odeur étrange dans l’appartement, accompagné d’un grésillement tout aussi étrange. En fait, ça sentait le chaud, à mi-chemin entre du plastique fondu et une poêle chauffée à blanc. Nous sommes tout simplement passés à deux doigts de la catastrophe. J’ai failli passer 20 ans à rembourser un appartement parti en fumée : en changeant l’eau de l’aquarium, Nick l’avait trop rempli et les remous des pompes faisaient gicler de l’eau sur une prise électrique. Cette dernière était en train de noircir et de fondre.

Nous avons donc en urgence coupé l’électricité et tout séché avant de jeter la prise et d’en mettre une neuve (et Nick a également vidé une partie de l’aquarium). J’ai franchement eu très peur. Nick a donc pour mission de sécuriser tout ça dans les prochaines semaines.

Mais le temps de faire tout ça, il était 2h du matin. Et dimanche matin, grasse matinée me direz-vous? Et bien non, lever 8h00 pour une journée de taillage de haie et nettoyage de jardin intensive dans la famille de Nick.

Nous étions donc épuisés hier soir quand Nick a décidé de péter un petit câble au lieu de dormir ce qui nous a amené à discuter jusqu’à minuit et demi. J’ai fini par lui dire que je trouvais fatigant ses crises uniquement destinées à se rassurer sur mon amour et que jamais je ne me permettais de lui faire ça. Il a fini par admettre et je lui ai dit que la prochaine fois il pourrait faire la gueule tant qu’il voulait, moi je dors. Non mais.

Temps de parcours X3

juin 4, 2010

AAAHHHH!

J’ai droit à une pause d’une heure entre midi et deux pour manger et souffler en milieu de journée.

Aujourd’hui, il se trouve que ma collègue de bureau est en vacances. Karen n’est pas sur le même site que moi, Laura et Fred ne mangeait pas là et Pétunia n’avait pas le temps. Bon, comme je n’avais pas envie de manger seul, je me suis dit que j’allais rentrer chez moi pour manger avec Nick. En gros, j’en ai pour 20min de trajet aller, 15min de repos pour manger et 20min de trajet retour. Soit à peu près une heure. Ca fait court pour manger mais c’est toujours mieux que de manger seul non?

Et bien manque de bol, en plein milieu de mon trajet, sur un périph à 3 voies et en pleine heure de pointe, des travaux. DES PUTAINS DE TRAVAUX! Qui réduisent le trafic à une seule voie.

J’ai donc mis 1h pour faire le trajet boulot –> chez moi. Du coup, j’ai pris à peine 5 pauvres minutes (j’ai mal au ventre vu la vitesse à laquelle j’ai dû engloutir mon repas) et je suis reparti.

Au bilan donc, j’ai perdu une demie heure (et le vendredi, ça compte de partir une demie heure plus tard à la fin de la journée!) et j’ai dû me faire un ulcère bloqué dans les bouchons.

Ah quelle merde!

Feignant ingrat

juin 4, 2010

Vendredi 04 Juin 2010.

Bon et bien ne faisons pas durer le suspens plus longtemps sur la première partie des examens de Nick… Il les a eu! Donc mon pressentiment était faux et tant mieux. A vrai dire j’en suis encore étonné parce que sérieusement, vu la difficulté de l’épreuve (en général à peine 20% parviennent à valider cette première partie) ça n’était pas gagné!

Il lui reste donc la deuxième partie des épreuves à passer et à valider et il aura terminé son cycle d’études. Bon, la partie n’est pas gagnée non plus mais il est plus à l’aise sur les matières qu’il a maintenant à passer que sur les autres.

***

Je m’ennuie toujours profondément au travail. Bon, ça ne change pas alors je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet pour vous éviter l’overdose d’autant que je risque sous peu d’avoir de nouveau besoin d’écrire des pages et des pages sur ce point.

***

C’est vendredi, ça signifie donc que ce soir, c’est le week-end. Dimanche nous devons aller dans la famille de Nick pour aider à faire des travaux. Vous allez me traiter de feignant ingrat mais ça me fatigue à l’avance. Autant voir sa famille me fait plaisir (bon, parfois c’est un peu folklorique!) mais alors savoir que sur les deux pauvres malheureux jours du week-end on va en passer un entier à couper du bois, ramasser des déchets et balayer au lieu de dormir ou faire des sorties sympa… Ca me déprime un peu!