Posts Tagged ‘enfants’

Désir d’enfants

mai 13, 2010

J’ai voulu des enfants.
Je n’en veux plus.

Voilà je pense LE sujet qui risque de poser problème dans mon couple dans les années à venir.
Depuis une grosse vingtaine d’années j’ai clamé haut et fort que même si j’étais gay, je voulais des enfants. Que je ne voyais pas le problème, que j’avais le même amour à apporter à un enfant, les mêmes capacités que les autres, si ce n’est plus vu le combat que j’allais devoir mener pour avoir une descendance.

Oui mais voilà, il y a deux ans, j’ai commencé à douter de tout cela. Au départ, je n’ai pas douté de moi, mais des autres. Je me suis rappelé comme j’avais souffert de ma différence à l’école, au collège, au lycée. Une différence que je n’avais pas choisie, mais que j’étais obligé de vivre tous les jours. Et je me suis dit « veux-tu imposer une différence à un enfant? ». Mes parents n’ont pas choisi que je sois différent. Mais en tant que parent en devenir, j’ai le choix : avoir un enfant et lui imposer une différence (celle d’avoir deux papa) ou ne pas imposer de différence et renoncer à mon désir d’enfant.

La question était claire : pourrais-je supporter de voir mon enfant rentrer le soir en pleurant parce qu’on s’est moqué de lui? Parce qu’on l’a tapé? Pourrais-je supporter la culpabilité d’avoir voulu aller au bout de mon désir d’enfant à ce moment là?

Je crois que la réponse est non. Parce que dans ma tête, ce sera moi le coupable du malheur de cet enfant.
Evidemment, ce n’est pas le cas. Les responsables, ce sont les homophobes ordinaires, les messieurs et mesdames tout le monde qui estiment qu’un couple gay ou lesbien ne peut pas avoir d’enfants. Ce sont les gens qui mettent dans la tête de leurs enfants que les homosexuels doivent brûler en enfer et si possible, avant sur terre.
Certes.
Mais j’ai justement la possibilité d’éviter tout ça à cet hypothétique enfant. En décidant de ne pas en avoir.

Et le dilemme toujours. Parce que si l’on veut un jour que les homosexuels puissent vraiment avoir des enfants comme tout le monde, alors il faudra bien que certains le fassent malgré tout au début.

Avec les années, je me suis réfugié derrière d’autres arguments qui parfois, à force de les répéter, me paraissent être acceptables. Que les enfants ça prends du temps, ça coûte cher, c’est pour la vie, c’est une énorme responsabilité, etc. En l’espace de deux ans, j’ai officiellement complètement changé d’avis sur la question. Je n’en veux plus. Au fond de moi pourtant, si j’avais la certitude qu’il ne subirait pas ces brimades, au moins celles là que je peux lui éviter, alors j’aurais toujours le désir d’un enfant.

En attendant, Nick lui en veut un. On s’est déjà disputé plusieurs fois à ce sujet. Et je sais qu’un jour ou l’autre, malgré tout l’amour qu’on a l’un pour l’autre, cette question risque de nous faire très mal.

Mon vœu pour cette année 2010 (je n’en avais pas encore fait…) : que les gens ne tolèrent pas la différence des autres, mais qu’ils l’acceptent. Tolérer n’est pas suffisant.

Publicités