Posts Tagged ‘nostalgie’

Promis, je viens l’année prochaine!

juin 9, 2010

Hier soir, une des sœurs de Nick est venue manger et dormir à la maison. La soirée a été très agréable mais j’ai pris conscience d’une chose.

La sœur de Nick vit dans un autre pays depuis quelques années. Elle nous expliquait hier soir qu’elle était un peu triste de voir ses amis s’éloigner. Qu’elle avait l’impression d’être toujours celle qui fait des efforts pour garder le contact et qu’en réalité ses amis ne savaient pas vraiment ce qu’elle avait fait ces dernières années puisqu’ils n’étaient jamais venus la voir (alors qu’il s’agit d’un pays frontalier).

J’ai réalisé alors une chose : je suis dans le même cas qu’elle. Ce qui nous a amené à la conclusion que ce n’était pas la distance qui était en cause mais bien la volonté de garder le contact.

Au lycée, j’ai rencontré mes amis les plus proches, ceux avec qui j’ai passé mes meilleurs moments. Nous étions un petit groupe d’inséparables qui faisions des fêtes chez les uns et chez les autres, qui étions tout le temps ensemble en classe et qui partions même en vacances ensemble. Bref, un bon groupe d’amis.

Mes parents ayant une maison de campagne, j’avais lancé l’idée d’une grande fête pour célébrer l’été tous les ans. J’invitais tout mon groupe d’amis et mes sœurs, et tout le monde pouvait convier une ou deux personnes supplémentaires.

Au fil des ans, mon groupe d’amis s’est peu à peu éloigné à cause des déménagements, des mutations… Il s’est éparpillé un peu partout en France. Nous gardions quand même le contact. Le seul moment de l’année où tout le monde se retrouvait, c’était la fête de l’été. On ne se voyait pas pendant un an, mais tout le monde arrivait à la maison de campagne et l’on se retrouvait et le temps d’un week-end, tout était comme avant. Ca sentait l’insouciance, la nostalgie, le barbecue la bière et le soleil. Les batailles d’eau et les « J’VOUS ADORE! » hurlés à 4h du matin.

Et puis une année, quelqu’un n’a pas pu venir. Pas possible d’avoir des vacances à ce moment là ou bien une réunion de famille, je ne sais plus. J’ai tout fait pour arranger la personne. D’un week-end de 2 jours, on est passé à un week-end de 4 jours (où je posais des jours de congés juste pour rallonger la fête) pour que tout le monde puisse venir au moins un jour. Mais l’année suivante, c’est deux ou trois personnes qui n’ont plus pu venir. Et tous les autres ne pouvaient venir qu’une partie du week-end. Heureusement en parallèle, les amis de Nick ont commencé à venir donc nous avions toujours du monde.

Mais cette année, c’est le coup de grâce. J’ai décalé la fête de quelques semaines pour arranger tout le monde. Notamment mes sœurs qui ne peuvent jamais venir tout le week-end à cause d’un anniversaire. Et bien l’anniversaire est décalé aussi, pile poil le week-end prévu pour faire la fête. Et de tout mon groupe d’amis (6 + moi) il ne reste plus grand monde. Une seule personne.
J’ai reçu le dernier coup sur la tête en lisant un mail de ma meilleure amie hier qui m’apprend qu’elle ne pourra sans doute pas venir. C’est tout un symbole. Il ne restait plus qu’elle qui représentait encore ce qu’on avait été et ce qu’on était. Une des dernières raisons de faire la fête tous les ans. Et même elle ne viendra pas. 2010 sera sans doute l’année où il y aura plus d’amis de Nick que de mes amis à moi.

On ne se voit plus. On est tous éparpillés. Et malgré tous les efforts que je fais chaque année, les gens ne sont même pas capables de bloquer un week-end. Bien sûr qu’ils ont de bonnes raisons. Mais plus les années passent, moins ils sont nombreux. Et du coup j’ai le même sentiment que la sœur de Nick. Tout ça est fini, et je sais pertinemment que si j’arrête d’organiser ce rendez-vous, la plupart ne s’en apercevront même pas.

C’est donc ce que je vais faire. Je suis fatigué de penser et d’organiser tout ça tous les ans pour rien. Cette fête avait pour but de réunir tout mon groupe d’amis, elle ne le fait plus, les gens ne jouent plus le jeu, inutile de continuer. Je suis vraiment triste d’en être arrivé là mais ça me fait plus souffrir qu’autre chose d’avoir à encaisser des « je ne pourrais pas venir mais promis je viens l’année prochaine » tous les ans.

Publicités

Nostalgie

avril 5, 2010

Bon, malheureusement le week-end est terminé, et la période moins stressante aussi.

Je suis en vacances à la fin de la semaine mais autant dire que ce sont 4 jours sacrément ardus qui m’attendant avant de pouvoir de nouveau souffler. Et pour tout dire, le retour après les vacances me fiche un peu la trouille.

J’ai été chez le médecin samedi suite à ma santé qui part en vrille depuis un mois (oh tiens, juste quand j’ai changé de poste). A 24 ans, j’ai donc maintenant de l’hypertension artérielle et mon cœur fait de l’arythmie. Donc traitement. Youpi. Le seul point positif c’est que du coup, je me suis remis au stepper (et je vous emmerde, c’est pas ridicule le stepper…)

Sinon le week-end était bon.
Choupinet m’a fait de bons croissants.
Par contre, la réunion de famille du dimanche m’a laissé une impression d’inachevé. Le temps passe et les jeunes viennent moins. Et puis ceux qui viennent partent plus tôt (moi le premier d’ailleurs). Du coup, le temps passe à une vitesse folle et je regrette de ne pas pouvoir rester plus. Où sont passées les vacances qui durent deux semaines, avec une entière chez papy mamy avec tous les cousins? Ahh, j’ai vieilli…