Posts Tagged ‘week-end’

Promis, je viens l’année prochaine!

juin 9, 2010

Hier soir, une des sœurs de Nick est venue manger et dormir à la maison. La soirée a été très agréable mais j’ai pris conscience d’une chose.

La sœur de Nick vit dans un autre pays depuis quelques années. Elle nous expliquait hier soir qu’elle était un peu triste de voir ses amis s’éloigner. Qu’elle avait l’impression d’être toujours celle qui fait des efforts pour garder le contact et qu’en réalité ses amis ne savaient pas vraiment ce qu’elle avait fait ces dernières années puisqu’ils n’étaient jamais venus la voir (alors qu’il s’agit d’un pays frontalier).

J’ai réalisé alors une chose : je suis dans le même cas qu’elle. Ce qui nous a amené à la conclusion que ce n’était pas la distance qui était en cause mais bien la volonté de garder le contact.

Au lycée, j’ai rencontré mes amis les plus proches, ceux avec qui j’ai passé mes meilleurs moments. Nous étions un petit groupe d’inséparables qui faisions des fêtes chez les uns et chez les autres, qui étions tout le temps ensemble en classe et qui partions même en vacances ensemble. Bref, un bon groupe d’amis.

Mes parents ayant une maison de campagne, j’avais lancé l’idée d’une grande fête pour célébrer l’été tous les ans. J’invitais tout mon groupe d’amis et mes sœurs, et tout le monde pouvait convier une ou deux personnes supplémentaires.

Au fil des ans, mon groupe d’amis s’est peu à peu éloigné à cause des déménagements, des mutations… Il s’est éparpillé un peu partout en France. Nous gardions quand même le contact. Le seul moment de l’année où tout le monde se retrouvait, c’était la fête de l’été. On ne se voyait pas pendant un an, mais tout le monde arrivait à la maison de campagne et l’on se retrouvait et le temps d’un week-end, tout était comme avant. Ca sentait l’insouciance, la nostalgie, le barbecue la bière et le soleil. Les batailles d’eau et les « J’VOUS ADORE! » hurlés à 4h du matin.

Et puis une année, quelqu’un n’a pas pu venir. Pas possible d’avoir des vacances à ce moment là ou bien une réunion de famille, je ne sais plus. J’ai tout fait pour arranger la personne. D’un week-end de 2 jours, on est passé à un week-end de 4 jours (où je posais des jours de congés juste pour rallonger la fête) pour que tout le monde puisse venir au moins un jour. Mais l’année suivante, c’est deux ou trois personnes qui n’ont plus pu venir. Et tous les autres ne pouvaient venir qu’une partie du week-end. Heureusement en parallèle, les amis de Nick ont commencé à venir donc nous avions toujours du monde.

Mais cette année, c’est le coup de grâce. J’ai décalé la fête de quelques semaines pour arranger tout le monde. Notamment mes sœurs qui ne peuvent jamais venir tout le week-end à cause d’un anniversaire. Et bien l’anniversaire est décalé aussi, pile poil le week-end prévu pour faire la fête. Et de tout mon groupe d’amis (6 + moi) il ne reste plus grand monde. Une seule personne.
J’ai reçu le dernier coup sur la tête en lisant un mail de ma meilleure amie hier qui m’apprend qu’elle ne pourra sans doute pas venir. C’est tout un symbole. Il ne restait plus qu’elle qui représentait encore ce qu’on avait été et ce qu’on était. Une des dernières raisons de faire la fête tous les ans. Et même elle ne viendra pas. 2010 sera sans doute l’année où il y aura plus d’amis de Nick que de mes amis à moi.

On ne se voit plus. On est tous éparpillés. Et malgré tous les efforts que je fais chaque année, les gens ne sont même pas capables de bloquer un week-end. Bien sûr qu’ils ont de bonnes raisons. Mais plus les années passent, moins ils sont nombreux. Et du coup j’ai le même sentiment que la sœur de Nick. Tout ça est fini, et je sais pertinemment que si j’arrête d’organiser ce rendez-vous, la plupart ne s’en apercevront même pas.

C’est donc ce que je vais faire. Je suis fatigué de penser et d’organiser tout ça tous les ans pour rien. Cette fête avait pour but de réunir tout mon groupe d’amis, elle ne le fait plus, les gens ne jouent plus le jeu, inutile de continuer. Je suis vraiment triste d’en être arrivé là mais ça me fait plus souffrir qu’autre chose d’avoir à encaisser des « je ne pourrais pas venir mais promis je viens l’année prochaine » tous les ans.

Publicités

Moi je dors (enfin j’aimerais)

juin 7, 2010

Je suis fatigué de cette alternance RIEN – TROP.
Depuis trois semaines je passe mon temps à me demander quoi faire, à prévenir ma hiérarchie que je peux absorber de la charge de travail de mes collègues, à me tourner les pouces… Et voilà qu’aujourd’hui je reçois un email m’informant de la répartition d’activité sur les 4 prochaines semaines et je me retrouve avec le boulot de trois mois à faire en un. Ca me fatigue et me démotive complètement, sans parler du fait qu’il s’agit de l’activité qui m’intéresse le moins (qui ne m’intéresse pas du tout en fait.)

Voilà donc en gros je vais me retrouver à ne faire QUE ça pendant un mois, alors que ces dossiers sont mal ficelés, mal renseignés, et qu’on va me mettre une pression folle pour que je les valide quand même. FA-TI-GUé.

***

Le week-end a été fatigant! Bon, pas spécialement le samedi au départ puisque Nick devant réviser dur pour la suite de ses exams, nous ne sommes pas sortis. Mais le soir nous devions aller manger chez une amie. Avant de partir, en vitesse, Nick s’est occupé de son aquarium marin.

En rentrant vers 1h du matin, nous sentons une odeur étrange dans l’appartement, accompagné d’un grésillement tout aussi étrange. En fait, ça sentait le chaud, à mi-chemin entre du plastique fondu et une poêle chauffée à blanc. Nous sommes tout simplement passés à deux doigts de la catastrophe. J’ai failli passer 20 ans à rembourser un appartement parti en fumée : en changeant l’eau de l’aquarium, Nick l’avait trop rempli et les remous des pompes faisaient gicler de l’eau sur une prise électrique. Cette dernière était en train de noircir et de fondre.

Nous avons donc en urgence coupé l’électricité et tout séché avant de jeter la prise et d’en mettre une neuve (et Nick a également vidé une partie de l’aquarium). J’ai franchement eu très peur. Nick a donc pour mission de sécuriser tout ça dans les prochaines semaines.

Mais le temps de faire tout ça, il était 2h du matin. Et dimanche matin, grasse matinée me direz-vous? Et bien non, lever 8h00 pour une journée de taillage de haie et nettoyage de jardin intensive dans la famille de Nick.

Nous étions donc épuisés hier soir quand Nick a décidé de péter un petit câble au lieu de dormir ce qui nous a amené à discuter jusqu’à minuit et demi. J’ai fini par lui dire que je trouvais fatigant ses crises uniquement destinées à se rassurer sur mon amour et que jamais je ne me permettais de lui faire ça. Il a fini par admettre et je lui ai dit que la prochaine fois il pourrait faire la gueule tant qu’il voulait, moi je dors. Non mais.

Feignant ingrat

juin 4, 2010

Vendredi 04 Juin 2010.

Bon et bien ne faisons pas durer le suspens plus longtemps sur la première partie des examens de Nick… Il les a eu! Donc mon pressentiment était faux et tant mieux. A vrai dire j’en suis encore étonné parce que sérieusement, vu la difficulté de l’épreuve (en général à peine 20% parviennent à valider cette première partie) ça n’était pas gagné!

Il lui reste donc la deuxième partie des épreuves à passer et à valider et il aura terminé son cycle d’études. Bon, la partie n’est pas gagnée non plus mais il est plus à l’aise sur les matières qu’il a maintenant à passer que sur les autres.

***

Je m’ennuie toujours profondément au travail. Bon, ça ne change pas alors je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet pour vous éviter l’overdose d’autant que je risque sous peu d’avoir de nouveau besoin d’écrire des pages et des pages sur ce point.

***

C’est vendredi, ça signifie donc que ce soir, c’est le week-end. Dimanche nous devons aller dans la famille de Nick pour aider à faire des travaux. Vous allez me traiter de feignant ingrat mais ça me fatigue à l’avance. Autant voir sa famille me fait plaisir (bon, parfois c’est un peu folklorique!) mais alors savoir que sur les deux pauvres malheureux jours du week-end on va en passer un entier à couper du bois, ramasser des déchets et balayer au lieu de dormir ou faire des sorties sympa… Ca me déprime un peu!

Jusqu’aux vacances…

mai 31, 2010

Allez, encore 5 semaines.
Que le temps me paraît long jusqu’aux vacances… En regardant mon calendrier ce matin, j’ai pris peur parce que j’ai l’impression de n’avoir aucune journée sympa au boulot jusqu’à mes vacances. Parfois j’ai une journée de formation qui permet de souffler un peu, ou alors une journée sur mon ancien site où je peux voir des collègues que j’apprécie… Là, rien.

En parallèle, le directeur du projet sur lequel je travaille est passé dans mon bureau ce matin pour me dire qu’il avait du mal à comprendre pourquoi notre service mettait autant de temps à faire son boulot. 2 minutes auparavant, je recevais un e-mail de ma chef nous demandant de bloquer l’avancement parce que le boulot d’un autre service était trop bordélique. C’est ce qui s’appelle avoir le cul entre deux chaises.

***

Un bon week-end. Trop court, à force on s’habitue aux week-ends de trois ou quatre jours. On a beaucoup mangé en famille et on a pu rester tranquille chez nous, aussi. Faire la grasse matinée (qui ne dure jamais assez longtemps), cuisiner (jusqu’à hier soir). Mais comme d’habitude je dors assez mal dans la nuit du dimanche au lundi et avec 6 pauvres heures de sommeil, tout le bénéfice du week-end s’envole. Je suis crevé et je marche au radar (tiens, un palindrome). J’ai besoin de dormir beaucoup et je n’y arrive pas. Je voudrais me coucher à 21h30 tous les soirs de cette semaine mais bonjour la vie sociale… Je ne sais pas comment faire et c’est une raison de plus d’avoir envie de ces vacances encore loin… Ah, pouvoir dormir toute une semaine…

***

Cette semaine, on va enfin avoir les résultats des premières épreuves de Nick. J’ai peur putain, 3 personnes que je connais ont passé les exams cette années et toutes ont déjà eu leur résultat qui est positif: j’espère que Nick ne sera pas la statistique des négatifs. Quand je vois le niveau des gens qui l’ont eu je me dis qu’il ne serait pas normal qu’il échoue mais j’ai vraiment peur.

***

En somme pas trop le moral ce lundi matin, mais rien d’étonnant à cela entre le bon week-end, la semaine de boulot qui commence mal et les vacances qui sont encore loin…

La montagne, c’est sympa aussi

avril 30, 2010

Bon, je crois qu’on peut le dire clairement, j’ai moins travaillé cette semaine. Les premiers jours j’ai eu une activité de 100% mais depuis hier j’ai de moins en moins de choses à faire. C’est terrible parce qu’après les deux mois de folie que je viens de me taper (avec crises de larmes, tension à 19 et tachycardie), je devrais être content de pouvoir souffler un peu. Mais en fait je n’arrive pas à vraiment en profiter. Une partie de moi se sens presque coupable d’avoir des moments d’inactivité.

Foutue éducation!

***

Nick a fini de passer la première partie de ses épreuves. Paradoxalement, la période qui s’annonce va peut-être bien être légèrement plus délicate que ce que je pensais. Quand il avait ses épreuves à préparer, Nick était souvent obligé de réviser. Donc, nous avions pas mal de moment ensemble et aussi des moments où il révisait et moi je bouquinais/jouais au PC/regardais la télé/allais au spa, bref vous avez compris.
Or maintenant, il n’a plus à réviser. Et je connais mon chéri, s’occuper tout seul ça n’est pas son truc. Alors que pour moi, avoir des moments tranquilles, c’est vital. Et j’ai bien vu hier soir qu’il allait falloir cadrer les choses et être ferme : comme il avait passé sa journée tout seul, il voulait faire plein de choses le soir. Alors que moi, levé à 6h30 avec une soirée la veille dans les pattes, je voulais me coucher à 22h30. Donc bon, même si ça fait de la peine, il va falloir être ferme sur les résolutions que nous avons prises.

***

Ce week-end, j’avais envie de me détendre. Mes parents nous ont invités dans leur maison de campagne et je savais que leurs meilleurs amis y seraient aussi. Ce sont des gens que j’apprécie beaucoup. Donc hier soir, j’ai téléphoné à ma mère pour lui dire que Nick et moi viendrions la journée du samedi. Et elle était tellement contente que nous venions que lorsqu’elle m’a annoncé qu’en fait il y aurait environ 15 personnes dont la majorité que je ne connais pas, je n’ai pas pu lui dire que finalement nous resterions peut-être chez nous.

Ceci dit, nous ne ferons pas de vieux os.

***

Les vacances…
Il va vraiment falloir que je réserve quelque chose pour cet été. Le problème c’est que nous voudrions partir à l’océan et que les offres raisonnables (du point de vue de notre budget) sont surtout à la montagne… Bon, la montagne c’est sympa aussi mais ce n’est pas la plage… Allez, mission du week-end : trouver nos vacances!